Espaces culturels / ATP Villefranche de Rouergue Saison théâtrale 2012-2013

Espace culturels / ATP Villefranche de Rouergue Saison théâtrale 2012-2013
Lieu: 
Villefranche de Rouergue
Catégories: 

Tableaux de chiffres, propos alarmants sur la culture, manifestations en tout genre, la saison théâtrale passée avait débuté sous un ciel très sombre et, cependant, grâce à vous spectateurs, nous pouvons nous réjouir d’un nombre croissant d’abonnés et de fidèles venant de milieux de plus en plus divers et d’âges de plus en plus variés ce qui va dans le sens de toutes nos actions.

Nous avons donc décidé de maintenir le cap et de continuer à vous proposer des spectacles professionnels de qualité et, même si vous ne connaissez pas toujours l’auteur, le metteur en scène ou les comédiens (car les arts vivants n’ont pas l’honneur du showbiz), soyez sûrs qu’ils méritent d’être programmés ; ensuite, tout est question de goût, de sensibilité et cela va entraîner discussions, échanges de points de vue, ce qui est aussi le but recherché !

Fidèles à nos objectifs, de nombreuses rencontres avec comédiens, metteurs en scène ou auteurs, des partenariats montrant les liens entre divers arts, des actions périphériques impliquant des jeunes (enfants, collégiens, lycéens ou jeunes travailleurs) seront organisés en amont ou en aval des représentations.

Je ne gâcherai pas le plaisir de la découverte du programme en vous en dévoilant tous les titres mais je ne peux m’empêcher de citer "Moi, Caravage" qui fut un véritable coup de cœur pour plusieurs d’entre nous. Je vous rassure, il y a du théâtre contemporain mais aussi du classique ainsi que de la musique et de la danse. La présentation de la "Saison" mise en scène, cette année encore, par Philippe Juveneton, a donné le ton de cette nouvelle année culturelle.

Un grand merci à tous ceux qui en permettent la réalisation : les collectivités locales, tous nos mécènes et sponsors, les bénévoles, vous, les spectateurs c’est-à-dire tous ceux qui sont persuadés, comme Jean Vilar (dont on fête cette année l’anniversaire de la naissance) que "le théâtre doit être un service public comme le gaz ou l’électricité" si tant est que les fournisseurs de ces énergies le soient encore !

Quoiqu’il en soit, très bonne saison à tous.

Monique Fréjaville

2012 Centenaire jean Vilar

Depuis 1992, date à laquelle nous avons rejoint les Amis du Théâtre Populaire, nous n’avons cessé de parler des valeurs que défend cette Fédération, fidèle au mouvement initié par Jean Vilar dont nous commémorons en 2012 le centenaire de la naissance. La Maison Jean Vilar à Avignon et la ville de Sète, où il est né et où il est inhumé, lui ont d’ailleurs rendu un hommage tout particulier en Juillet dernier. L’occasion pour nous de saluer ici cet homme de conviction à qui le monde du théâtre et, plus largement, celui de la Culture, doivent beaucoup.

"L’art du théâtre ne prend toute sa signification que lorsqu’il parvient à assembler et à unir", disait-il, faisant de la culture partagée son cheval de bataille. Il fit preuve d’un engagement sans faille, à la fois artistique et citoyen, pour que, loin des salons parisiens, elle soit accessible à tous, rendue à tous. Il fut ainsi le messager d’une lignée de metteurs en scène en rupture avec les conventions, souhaitant faire évoluer le genre et porter la décentralisation théâtrale. S’il n’est assurément pas le seul à y avoir pensé, Jean Vilar fut le premier à avoir imposé l’idée d’une mission de « Service public" pour l’ensemble de la production culturelle.

Régisseur à ses débuts, acteur de théâtre (il fit ses premiers pas sur scène en 1941) et de cinéma, metteur en scène et chef de troupe (il fonda sa propre compagnie dite des Sept en 1942), Jean Vilar a non seulement créé le Festival d’Avignon en 1948 mais il y a encore élaboré un lieu unique de rencontres des différentes formes artistiques, un espace d’échanges et de créativité intellectuels, tel un laboratoire pour les politiques culturelles à venir, dans un souci de véritable démocratisation. Sa démarche fut militante : il pariait sur le désir d'un public jeune et populaire pour un théâtre de qualité jusqu'alors confiné dans les théâtres traditionnels. Nommé directeur du théâtre du Palais de Chaillot en 1951, il rebaptisa cette institution de Théâtre National Populaire et en fit un centre important de création et de soutien aux auteurs contemporains.

Suite au discours prononcé par le Général de Gaulle en mai 1968, Jean Vilar, missionné depuis un an sur la réorganisation de l’Opéra, fera savoir à André Malraux qu’il refuse de servir un gouvernement avec lequel il est en profond désaccord. Il dirigera Avignon jusqu’à sa mort en 1971.

Justine MAUREL

Coordinatrice

Programme  Espace culturels / ATP Villefranche de Rouergue

C’est pas si grave

Cie L’Armée du Chahut

"Attention les revoilà ! et en grande forme les célèbres compagnons de l’Armée du chahut". Faire une répétition sans leur chef Huguette, avec un pianiste galopant, dans un local étroit encombré de caisses inutiles ; voilà le défi que ces cinq musiciens vont relever devant vous. Pour ce faire ils doivent répondre à quatre questions : Où est passée Huguette ? Qui a tué Mozart ? D’où vient ce pianiste et où sont rangées les chaises ? Dans des costumes rescapés des années quarante, cinquante et derrière ces personnages loufoques et attachants se cachent des comédiens chanteurs parfaitement au diapason. Ils font rire par leur accoutrement, leurs mimiques tout en assurant leur rôle grâce à une maîtrise vocale impressionnante. De Mozart à Schubert, en passant par les Beach boys et Nino Rota, ils revisitent les classiques avec une déconcertante facilité et beaucoup d’humour. Si vous voulez connaître les réponses à ces questions essentielles.

Si vous voulez passer un bon moment et rire aux éclats, retenez cette date dès aujourd’hui.

Samedi 29 septembre

Spectacle musical

Celui Qui… Clin d’oeil à Samuel B

Cie Création Ephémère

Centre d’Art Dramatique pour comédiens différents

Après L’Enfant sans nom (2009) et Variations Antigone (2011), Création Ephémère, compagnie professionnelle millavoise associant comédiens ordinaires et "différents", revient sur la scène villefranchoise pour présenter sa nouvelle création : Celui Qui… Clin d’oeil à Samuel B, dont l’écriture contemporaine est signée Filip Forgeau. Mise en scène par Philippe Flahaut, elle rend hommage au grand homme de théâtre que fut Samuel Beckett (dont le nom est resté associé au Théâtre de l’absurde du XXème siècle), à son oeuvre et aux personnages de ses pièces.

Voix off : "Juste un plateau de théâtre. Vide. Pas de rideau de scène. Lumière grise, diffuse. Sol noir. Six corps dans l’espace, certains immobiles, d’autres en mouvement, à la limite du déséquilibre". Et dans l’angle de ce plateau nu, un piano. L’intrigue ? Un auteur, "Celui qui…", s’abandonne à une écriture poétique. Huit comédiens en quête de personnages vont naître. Cloche, Zef, Bam, Neige, Parachute et les autres vont se rencontrer au hasard de la vie. Ils ne feront rien d’extraordinaire : simplement exister, emmener le spectateur dans leurs aventures. Et l’interroger, peut être, sur l’acte de création, la parole et la liberté de l’artiste, comme celles du public.

Une séance scolaire sera proposée aux lycéens à 14h30 ainsi qu’une rencontre avec le metteur en scène Philippe Flauhaut au sein des établissements. Rencontre avec l’équipe artistique après la représentation.

Mardi 9 octobre

Théâtre contemporain

Création 2012

20h45 au Théâtre Municipal

Le voyage en Amérique de MONSIEUR Cabanettes

Cie La Camera Delle Lacrime

À la fin du XIX ème siècle, l’Aveyron doit faire face à deux catastrophes conjuguées : la fermeture des mines de charbon et le phylloxéra. Au même moment, en Argentine, l’homme d’Etat Domingo F. Sarmiento cherche à peupler la vaste Pampa et facilite pour cela la venue d’immigrés arrivés d’Europe. Convaincues par deux aveyronnais, Clément Cabanettes et François Issaly, 40 familles déshéritées du département partent alors s’installer en Argentine où ils fondent, à 600 kilomètres de Buenos Aires, la bourgade de Pigüé. C’est dans cette réalité historique que s’inscrit ce programme original et métissé, en Français et en Occitan. Incluant des pièces du répertoire traditionnel du Sud de la France et les chansons en vogue des années 1930, de Tino Rossi à Carlos Gardel, il met en musique l’errance des familles aveyronnaises jusqu’à l’Amérique du Sud. Voyage, nostalgie, espoir de meilleurs lendemains sont évoqués. De plus, la présence des deux artistes argentins Maximiliano Perazzo (chef de coeur de Pigüé et pianiste) et Emilio Cervini (aux cordes pincées) sur la scène villefranchoise, aux côtés de la compagnie La Camera delle Lacrime, nous donne à entendre l’entrecroisement des traditions artistiques populaires des immigrés européens et de la culture argentine.

Rencontre avec Serge Gayral (auteur du roman "Tango d'estiu en Roergue") sur le thème de l’émigration aveyronnaise en Argentinele vendredi 19 octobre à 20h30, Salle Voûtée, Place Bernard Lhez. Rencontre avec l’équipe artistique et Serge Gayral à l’issue de la représentation.

Dimanche 28 octobre

En partenariat avec la Mairie de Villefranche de Rouergue, l’IOA et le Lions’ Club

Concert en français et en occitan

16h au Théâtre Municipal

Moi, Caravage

De et par Cesare Capitani

D’après le roman de Dominique Fernandez de l’Académie française

"La course à l’ abîme". (Ed. Grasset)

Comme il vous plaira production

18 Juillet 1610 : mort du Caravage 18 Juillet 2010 : Moi, Caravage en Avignon Ce spectacle est un choc… choc émotionnel, choc esthétique. Choc esthétique car la création lumière de Bernard Martinelli nous plonge dans la peinture de ce peintre sulfureux qui a révolutionné l’art pictural par l’invention du clair - obscur et choc émotionnel car Cesare Capitani "est" Michelangelo Merisi (dit Caravagio pour ne pas le confondre avec l’autre Michelangelo!) ; il est à la fois un "semeur de troubles, un peintre de génie, un Rimbaud et un héros pasolinien". C’est à une extraordinaire composition que se livre ici le comédien Cesare Capitani accompagné par Laetitia Favart qui chante (murmure parfois) à cappella, des airs de Monteverdi comme pour souligner le destin tragique de ce génie mort à 39 ans et qui a toujours oscillé entre les sommets et la fange. Programmée 6 mois durant en 2011 et 2 mois en 2012 au théâtre du Lucernaire à Paris, cette pièce a fait l’objet de critiques élogieuses et selon Nathalie Simon du Figaro : "À la fin du spectacle, on n’a plus qu’une envie : courir dans un musée pour voir ou revoir les tableaux".

Conférence dirigée par la médiatrice de l’Atelier Blanc sur l’influence du Caravage dans l’Art Contemporain le vendredi 16 novembre à 18h à l'Atelier Blanc. Rencontre avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation.

Samedi 17 novembre

En partenariat avec l’Atelier Blanc et la Galerie Sépia

Théâtre contemporain

20h45 au Théâtre Municipal

Le Vilain Petit Canard

Cie Créature

Deux comédiennes nous racontent, avec beaucoup de poésie et de finesse, l’histoire librement adaptée du conte d’Andersen.

Elles recréent un univers intime d’un doux raffinement, où prédominent le gris et l’écru de voiles tendus sur lesquels naissent des ombres et des ciels étoilés. Le décor évoque une ancienne cour de ferme avec des seaux en zinc et de vieux bidons. Les robes des comédiennes rappellent celles des dames de ferme, d’antan.

À travers leurs marionnettes, leurs voix et leurs mains, dans les plis de leurs robes, elles abritent ce petit caneton rejeté de tous et l’accompagnent dans ses aventures, en les rendant moins cruelles.

La compagnie a fait le choix d’aborder des sujets graves tels que la différence et l’exclusion afin d’aider le jeune enfant à se construire. Le résultat est une jolie création, tendre et symbolique, dont l’univers laisse toute sa place à l’imaginaire.

Des séances scolaires seront proposées aux écoles maternelles et primaires le lundi 10 à 14h30, le mardi 11 à 10h30 et 14h30.

Lundi 10 décembre à 18h

Spectacle Jeune Public au Théâtre Municipal

Speed Dating

De Georges de GAGLIARI

Compagnie Sarah Veyron - Production Théâtre du Chaos

Bienvenue à « l’International Lover Club ! », clame la voix sensuelle de l’animatrice. Petites cabines cubiques et cosy. Le triangle sonne, rencontre. Vous êtes spectateurs d’un speed dating - séries d’entretiens express, minutés et éphémères -, une de ces approches « modernes » en vogue, supposées faciliter le contact et les rencontres.

Elle, apprêtée avec soin jusqu’au moindre détail. Lui, lui et lui, véritables spécimens sociaux, défilent devant elle. Chaque face à face est abordé sous un angle de vue différent, quasi cinématographique, dont la mise en scène éclaire les artifices mis en jeu par chacun pour séduire. Flops au palmarès de la séduction, illusion humaine, misère affective et sexuelle sont mis en exergue dans cette satire grinçante de l’altération de la communication entre les individus !

Puis il y a celui-là, le dernier homme, celui qu’elle recherche en fréquentant ce club. Il est l’objet de sa vengeance inassouvie, dont on devine les motivations au fil de l’interrogatoire et des images vidéos qui expriment l’indicible. Cette rencontre fatale fera basculer la pièce de l’humour sociétal, plein de dérision amère, au drame cruel…

Rencontre avec l’auteur et l’équipe artistique en amont (lieu défini ultérieurement) et à l'issue de la représentation. La Banque Populaire Occitane a le plaisir de vous convier à l'issue de la représentation à un pot de l'amitié en compagnie de l'équipe artistique.

Vendredi 21 décembre

En partenariat avec la Banque Populaire Occitane

Tragi-comédie contemporaine

20h45 au Théâtre Municipal

Je me sers d’animaux pour instruire les hommes

Spectacle en musique autour des fables de La Fontaine

Compagnie Aigle de Sable

La Fontaine, ses fables, sa servante Francine, les masques de la commedia dell’arte et de la musique baroque… Le théâtre est ici au service des Fables!

Jean de la Fontaine qui rêve d'être un membre de l’Académie Française doit se rendre à une réception donnée par son amie Mme de la Sablière afin d’y lire quelques-unes de ses fables. Lesquelles ? Comment concilier l’instruction des hommes, les progrès intellectuels et sociaux et une place de choix parmi la noblesse de son temps ? C’est cette contradiction que s’amuse à mettre en évidence sa servante Francine, digne soeur de celles de Molière !

Accompagnées à la harpe, les fables sont ainsi replacées dans leur contexte historique ce qui n’enlève rien à leur portée universelle au contraire. Ainsi, la compagnie Aigle de sable, à travers théâtre et musique, nous fait revivre avec bonheur ce grand poète qu’était La fontaine à travers une dizaine de Fables incontournables du patrimoine Français.

Des séances scolaires seront proposées aux élèves des écoles primaires et aux collégiens le mercredi 16 à 10h30, le jeudi 17 à 10h30 et à 14h30.

Mercredi 16 janvier 2013

Théâtre classique

20h45 au Théâtre Municipal

Oh boy !

D’après le roman du même titre de Marie-Aude Murail

Théâtre du Phare - Olivier Letellier

Oh boy ! c’est l’histoire simple et bouleversante d’une fratrie, celle de Barthélemy Morlevent, jeune homme désinvolte de 26 ans, d’une maladresse touchante et d’une irresponsabilité attendrissante. Rien ne le prédisposait à devoir assumer une famille tombée du ciel, et pourtant…

Adapté du roman de Marie-Aude Murail, ce conte moderne interroge une société en mouvement. S’il aborde les thèmes délicats de la maladie, du suicide ou de l’adoption, avec en filigrane les questions de la "normalité", de l’identité ou de la quête des origines, c’est toujours avec finesse et humour.

Un poignant concentré d’émotion, dont s’empare avec justesse la mise en scène. Une armoire multifonctions au centre du plateau, trois boîtes noires suspendues, une petite chaise d’enfant. Seul en scène, prenant tour à tour la voix de son personnage ou celle du narrateur, le comédien devient manipulateur d’objets : petite voiture, playmobils, culbuto… Des objets porteurs de poésie et d’images, qui répondent à la puissance évocatrice des mots.

Des séances scolaires seront proposées aux élèves de 4ème.

Mardi 5 février

Théâtre contemporain Théâtre d’objets

20h45 au Théâtre Municipal

Le petit chaperon rouge

Cie Divergences

Production Faits et Gestes

Qui ne connaît l’histoire du Petit Chaperon Rouge ? Elle, vertueuse mais exposée à la tentation, proie facile ou au contraire séductrice, fait face à ses contradictions. Lui (le loup), violent et asocial, fascine car il est aussi repoussant qu’attirant. Figures conventionnelles bien plus que personnages, chair fraîche ou créature velue, ce sont avant tout deux êtres de peau, muscles et sang qui évoluent dans une histoire de corps, plus que de crocs.

Un matériau idéal à exploiter, détourner, ridiculiser et incarner de toutes les manières par la danse ! Et ce dans un dispositif scénique minimal qui soulève la question de la représentation du spectacle : changements scénographiques et fabrication de l’univers sonore sont réalisés par les interprètes en direct sur le plateau, sans truchements ni artifices. Une version chorégraphique originale, qui surprendra petits et grands ! Une séance scolaire sera proposée à 14h30.

Des actions d’éducation artistique et de sensibilisation à la danse seront proposées en partenariat avec la Mission Départementale de la Culture : un atelier de pratique pour les enseignants du 1er degré le mercredi 20 février, des ateliers d’application chorégraphique dans les écoles le jeudi 21 ou le vendredi 22 février, un stage pour danseurs amateurs dans le studio de danse de Magali Gravier le dimanche 24 février.

Vendredi 22 février

En partenariat avec la Mission Départementale de la Culture de l'Aveyron

Danse contemporaine

20h45 au Théâtre Municipal

Les Liaisons dangereuses

D’après Pierre Choderlos de Laclos

Ma Production et Courant d’Arts Productions

Roman publié en 1782, "Les Liaisons Dangereuses » narrent le duel pervers de deux aristocrates libertins, cyniques et perfides, qui orchestrent la perdition de leurs proies et dévoilent leurs secrets d’alcôve au travers de leurs correspondances. Présenter une nouvelle version scénique de ce chef d’oeuvre de Laclos, voilà un projet bien téméraire ! Et pourtant, la critique est unanime quant à la réussite de cette adaptation intelligente et maligne. Signée Régis Mardon, elle conjugue avec raffinement le respect de la forme épistolaire de l’oeuvre, et la modernité d’une narration originale. Dans une mise en scène d’un réalisme saisissant - costumes et décors d’époque -, les comédiens talentueux nous entraînent avec beaucoup de chair, d’esprit et d’émotion, dans cet univers décadent de l’aristocratie du XVIIIème siècle.

"Un chef d’oeuvre mis en scène avec bonheur !"

Télérama

"Un régal de finesse et de perversité"

FIP

"Un spectacle sulfureux et saisissant !"

NRJ 12

Une séance scolaire sera proposée aux lycéens à 14h30.

Rencontre avec l’équipe artistique après la représentation.

Vendredi 15 mars

Théâtre Classique

20h45 au Théâtre Municipal

"Eh bien, dansez maintenant !"

Compagnie Samuel Mathieu

Extrait de la création "Les identités remarquables"

Les Rencontres chorégraphiques départementales, organisées par la Mission départementale de la culture de l’Aveyron en partenariat étroit avec les Espaces culturels villefranchois / AT P, accueillent, au Théâtre, les écoles et les associations de danse de l’Aveyron. Valorisant le croisement des esthétiques et la pluralité des pratiques, ce rendez-vous offre un panorama vivant et varié de danseurs issus des disciplines classique, jazz, contemporain et hip-hop. Chaque chorégraphie illustre la thématique commune "Voyages", donnant aux interprètes l’occasion d’une véritable expérience scénique, placée sous le signe des échanges.

Pour clôturer ces Rencontres, la compagnie professionnelle Samuel Mathieu présentera un extrait de sa création intitulé "Les identités remarquables".

Cette chorégraphie réinvente une odyssée et met en scène un équipage : à bâbord des danseurs juvéniles, vierges de tout stigmate ; à tribord des danseurs expérimentés, habitués des plateaux. Tous joueront de leurs limites.

Dimanche 24 mars

En partenariat avec la Mission Départementale de la Culture de l'Aveyron

Danse

14h30 au Théâtre Municipal

L’enfant, drame rural

De Carole THIBAUT - Texte édité chez Lansman

Compagnie Sambre

Un été trop chaud, sec, irrespirable. Les habitants d’un petit village ordinaire du Sud de la France, isolé et figé dans une forme d’immobilisme, coulent des jours tranquilles.

Jusqu’au moment où l’apparition d’un nourrisson trouvé sur le seuil d’une ferme (et dont on ne sait ni d’où il vient ni de qui il est) va bousculer la vie quotidienne des habitants et agir sur chacun comme un révélateur. Les histoires des treize personnages s’entrelacent avec celle de l’enfant, s’entrechoquent tels des micro-séismes. Suspicion, rumeurs, résurgence du passé… La loi du silence règne. Tous s’interrogent, savent, peut-être, sans doute. Tous tentent de protéger tant bien que mal leurs secrets, respectent ceux des autres. Et la communauté tout entière va basculer, par ricochets, au-delà de l’interdit.

Dans une langue orale et rigoureuse, bien en chair, Carole Thibaut dresse une fresque populaire contemporaine - dont le dénouement n’est pas sans évoquer l’épisode biblique de Sodome - qui, bien au-delà de son caractère rural, interroge les possibles déviances et dérives des communautés humaines repliées sur elles-mêmes, avec leurs propres codes, rites et histoires.

Rencontre avec l’auteur et l’équipe artistique après la représentation.

MARDI 16 AVRIL

Création 2012

Coproduction ATP

Théâtre contemporain

20h45 au Théâtre Municipal

TINA (There is no alternative)

De Simon RANGEAT

Compagnie Cassandre

Il y a quatre ans, une des plus grandes banques mondiales d’investissement, Lehman Brothers, s’effondrait et l’on entendait parler pour la première fois de la crise des subprimes - au départ une simple crise de l’immobilier - qui allait engendrer ce que les économistes s’accordent aujourd’hui à considérer comme la plus grave crise économique de ces 80 dernières années. Comment quelques modestes ménages américains ont pu, en achetant des maisons qu’ils n’avaient pas les moyens de se payer, déstabiliser l’économie mondiale ?

Face à l’apparente complexité de l’Histoire, trois hommes ordinaires, incarnant tour à tour banquiers, citoyens, courtiers, agents de notation, agents immobiliers… se présentent sur scène pour tenter de répondre à cette question dans une démonstration théâtrale brillante, ludique et dynamique.

Sans jamais juger les hommes ou les réduire à des clichés, sans sombrer dans le défaitisme ambiant, ils inventent au contraire un théâtre joyeux qui donne le courage et l’envie de s’emparer du monde, de trouver d’autres alternatives, avec le sourire de la situation comprise, du complexe démystifié.

Rencontre avec l’équipe artistique en amont (lieu et horaire fixés ultérieurement) et à l'issue de la représentation.

Vendredi 24 mai

Création 2012

Théâtre contemporain

20h45 au Théâtre Municipal

L’Olympiette

De et par Franck CHARRON

Sans Compagnie Fixe

Pour le, maintenant, traditionnel spectacle hors-les -murs, le très beau cadre de la terrasse de l’hôtel Les Fleurines accueille L’Olympiette.

Dans L’Olympiette, il n’y a que douze places assises et autant de places debout que l’on souhaite ! Le chanteur – compositeur qui s’y produit, Frank Charron, vous ne le connaissez pas parce que, comme tous les grands prédécesseurs de la chanson française, il faut des décennies avant de passer sur les ondes ou à la télé ! et pourtant quel talent ! s’accompagnant à la guitare ou à l’ accordéon, Frank Charron, qui a à son actif 2 CD et qui est aussi comédien, cisèle les mots, pose les problèmes de notre époque ou de notre condition avec tendresse ou ironie, crée des images sur de belles mélodies. Il a choisi la rue pour se faire entendre afin que chacun ait la possibilité de partager la culture vivante.

Depuis qu’il parcourt les routes avec son Olympiette "la plus grande petite scène du monde", la presse des lieux où il s’est arrêté reconnaît l’artiste dans ce "saltimbanque et propre à rien" comme il aime à se définir. "De quoi être surpris et charmé" selon La Marseillaise ou encore "Ce musicien hors du commun et véritable mélomane a fait vibrer pendant deux heures un public enjoué et une salle comble" trouve- t-on dans Le Dauphiné Libéré.

Samedi 8 Juin

En partenariat avec l’Hôtel Les Fleurines

Chansons à texte, music hall

21hHors-les-murs,

Hôtel Les Fleurines

Actions périphériques

Une présentation de la saison mise en scène, gratuite et ouverte à tous.

Des séances scolaires à destination des écoles primaires, des collèges et des lycées autour des spectacles : Le Vilain Petit Canard, Je me sers d’animaux pour instruire les hommes, Celui Qui… Clin d’oeil à Samuel B, Les Liaisons dangereuses et Le Petit Chaperon Rouge

 L’Opération "Théâtre au collège”, à destination des élèves de 4èmes, financée par le Conseil Général de l’Aveyron, en partenariat avec la Mission Départementale de la Culture.

Des séances mixtes, programmées en matinée, afin de favoriser l’accueil des personnes âgées sur les spectacles Le Voyage en Amérique de Monsieur Cabanettes et Je me sers d’animaux pour instruire les hommes.

Des rencontres avec les auteurs, les équipes artistiques et des intervenants en amont des représentations en hors-lesmurs et dans les établissements scolaires, ainsi que des bords de scène à l’issue des représentations au théâtre autour des spectacles suivants : Celui Qui…Clin d’oeil à Samuel B, Le Voyage en Amérique de Monsieur Cabanettes, Moi Caravage, Speed dating, Les Liaisons dangereuses, L’Enfant et TINA.

Un projet "dans e", en partenariat avec la Mission Départementale de la Culture autour du spectacle Le Petit Chaperon Rouge : une séance scolaire proposée aux écoles primaires, collèges et lycées, un atelier de pratique pour les enseignants du 1er degré, des ateliers d’application chorégraphique dans les écoles, un stage pour danseurs amateurs dans le studio de danse de Magali Gravier à Villefranche.

Partenariat avec la Mission Département ale de la Cultu re autour des 7èmes Rencontres Chorégraphiques Départementales, intitulées "Eh bien, dansez maintenant !", ouvertes à toutes les écoles de danse de l’Aveyron.

Un spectacle hors-les-murs du théâtre, accueilli et sponsorisé par une entreprise partenaire.

Des ACTIONS en partenariat avec les acteurs culturels locaux : expositions et animations présentées dans le hall du théâtre par le collectif d’artistes Le Préau ; partenariat avec l’IOA et le Lions’Club autour du spectacle Le Voyage en Amérique de Monsieur Cabanettes, rencontres et présentations en partenariat avec l’Atelier Blanc et la Galerie Sépia autour du spectacle Moi, Caravage... Des actions en partenariat avec les membres du Pays Rouergue Occidental.

Des partenariats avec les associations caritatives et sociales.

Informations pratiques

Informations de contact: 

Espaces Culturels Villefranchois
Salle de Nevers
Place de la Liberté
BP 40124
12200 Villefranche-de-Rouergue
Téléphone 05 65 45 76 74

Vous aimez ? Dites-le !

Conseils des lecteurs: 
Aucun vote pour le moment

Ajouter un commentaire

Aujourd'hui en Aveyron
Animations concerts
Je vous propose des animations & des concerts "sur mesure", chez vous ou dans un lieu public (salle des fêtes, etc...).
Le Bourg, Saint-Paul des Fonts (Saint-Jean Saint-Paul)