Espaces Culturels Villefranchois / ATP saison 2013-2014

Espaces Culturels Villefranchois / ATP saison 2013-2014
Lieu: 
Villefranche de Rouergue
Catégories: 

Et voilà ! Une présentation de Saison résolument théâtrale avec Le Test par la Compagnie : Le théâtre des anneaux ; nous sommes entrés d’emblée dans le vif du sujet ! Le centenaire de la naissance d’Albert Camus, “une tête d’affiche” : Richard Bohringer, de nombreux sujets d’actualité sur la scène, tels sont les enjeux de la Saison 2013-2014 auxquels il convient d’ajouter notre objectif prioritaire : ouvrir les portes du théâtre à des publics variés grâce à une programmation diversifiée et cependant cohérente.

Pour ce faire, nous avons choisi un fil conducteur et, devant la condition désastreuse des femmes dans de nombreux pays, nous avons retenu cette problématique. Ainsi cinq pièces traiteront de ce sujet dans des contextes et des genres très différents qui iront de la comédie au drame en passant par la lutte historique de Louise Michel.

Il serait fastidieux de vous énumérer tous les spectacles, notre nouvelle plaquette (dont la 1re de couverture est déjà un hommage à la femme) remplit bien ce rôle mais, sachez que nous n'avons pas abandonné les œuvres classiques, que nous n’avons pas délaissé la coproduction annuelle ATP et que nous n’avons pas exclu la danse qui sera consacrée, cette année, au Hip-Hop : il ne faut pas craindre de rajeunir ! ... au moins du côté du public ! Les petits ne sont pas oubliés bien entendu mais nous continuons à penser que le théâtre doit être accessible à tous, d’où des tarifs modulés, des séances le dimanche après-midi et d’autres mêlant les scolaires et le tout-public car nous croyons aux vertus des contacts entre générations.

Comme le disait Camus dans Le Mythe de Sisyphe : “En vérité le chemin importe peu, la volonté d’arriver suffit à tout” et, le nombre de spectateurs qui a fréquenté ce théâtre la saison passée montre bien que nous sommes sur la bonne voie. Votre présence prouve aux collectivités que leur aide est essentielle ; elles continuent, en effet, à soutenir notre action ce dont nous les remercions car nous savons combien la conjoncture est difficile. Mais n’est- ce pas justement, à cause de cet état de fait que la survie du spectacle vivant, opposé au monde virtuel de plus en plus pesant, est essentielle ? Parions donc, encore cette Saison, sur le théâtre !

Monique Fréjaville

L’Année Camus

L’étranger, La peste, Le mythe de Sisyphe, L’homme révolté, Noces…, Les Justes, des œuvres qui font d’Albert Camus un des plus grands écrivains du XXe siècle. La France, en cette année 2013, a tenu à lui rendre hommage à travers conférences, films (Le premier homme, réalisé par Gianni Amelio est sorti au mois de Mars), reprises de ses pièces de théâtre par de nombreuses compagnies et même, adaptations théâtrales de ses romans.

Cet auteur (qui s’est défendu d’être un philosophe) a marqué son temps, non seulement par ses idées mais par son style, à la fois clair et incisif (contrairement à Jean- Paul Sartre, avec lequel d’ ailleurs, il se brouillera), par ses multiples facettes, par son déchirement lors de la guerre d’Algérie et par son parcours personnel. C’est en effet ce parcours remarquable qui a peut-être le plus impressionné : né dans l’Algérie Française, d’origine plus que modeste, il a gravi toutes les marches de la notoriété dans le domaine littéraire jusqu’à la récompense suprême pour un homme de lettres : le prix Nobel, en 1957, à l’âge de 44 ans.

Le fait aussi qu’Albert Camus, persuadé que “le monde est absurde” au sens philosophique du terme mais convaincu que l’être humain peut se révolter contre cette certitude, soit mort en 1960, lors de son retour vers Paris, dans un accident de voiture, sur une route rectiligne alors qu’il avait dans sa poche un ticket de train pour cette destination ! a frappé les esprits. Son œuvre, elle, est bien vivante et, si on a plutôt en tête, à l’évocation de son nom L’étranger ou L’homme révolté, il ne faut pas oublier que Camus était un passionné de théâtre (et de football !).

En Algérie, dans sa jeunesse, il a fondé Le théâtre du travail puis Le théâtre de l’équipe et, il a affirmé dans un discours sur l’Avenir de la Tragédie, à Athènes, en 1955, qu’il était “de ceux que le théâtre passionne à l’égal d’une seconde vie”. Il assure aussi qu’il a “aimé le théâtre d’une passion sans égale” ; Maria Casarès, l’amour de sa vie, n’est peut-être pas étrangère à cette déclaration ! Il a dès sa jeunesse adapté de nombreux romans Français ou étrangers au théâtre (des œuvres de Malraux, de Dostoïevski…) mais son œuvre théâtrale personnelle est limitée : Caligula, L’état de siège, Le malentendu, Les Justes, chacune de ses pièces correspondant à un moment de sa pensée. Cet amoureux du théâtre cherchait encore, dans les dernières années de sa vie à obtenir la direction d’une salle de spectacle !

Une œuvre donc variée, puissante (dont vous aurez un aperçu cette Saison avec Le Malentendu), un homme attachant par l’amour qu’il a porté à sa mère analphabète et à son Algérie natale dont la lumière et le soleil baignent presque tous ses textes, ce qui lui a valu bien des animosités ! Mais qui donne à ses écrits une originalité sans pareille.

Monique Fréjaville

Le programme des Espaces Culturels Villefranchois / ATP

Richard Bohringer : Traîne pas trop sous la pluie

Production La Lune dans les pieds

Samedi 12 octobre 20h45

Seul sur scène devant un simple pupitre, tel un chef d’orchestre, Richard Bohringer orchestre en effet les mots, les phrases, les souvenirs… son présent aussi ! Tel un griot africain (une référence pour lui qui sous-titre son spectacle : tradition orale) et comme un hommage à cette terre d’Afrique qu’il a choisie comme seconde patrie. Quant à nous, si nous ne sommes pas assis sous un baobab, nous sommes ses invités, invités à faire avec lui le voyage et nous partons… avec ce conseil : “Traîne pas trop sous la pluie”. Délirant de fièvre (car très malade), il se voit à la barre d’un bateau, assisté d’“un grand singe” et c’est le voyage à travers son passé, ses écrits, ses amours pendant qu’au-dessus de l’embarcation plane un aéronef, habité par ses amis disparus. Les phrases s’enchaînent, peu académiques, syncopées mais d’une poésie qui vous entraîne vers l’ailleurs… Et puis tout d’un coup, nous sommes témoins ou pris à parti lors d’improvisations qui rendent ce grand comédien plus proche de nous. Comme des dizaines d’autres villes, nous allons découvrir à Villefranche, “ce magnifique auteur” (La République du centre) et partager “ce moment de grâce virile et fraternelle, ce moment de douceur et de délicatesse” (Le Figaro).

  • Tradition Orale 20h45 au Théâtre Municipal
  • Durée : 1h45
  • Tarif spectacle événement
  • Textes de et par : Richard Bohringer
  • Mise en espace : Richard Bohringer

Femme non rééducable - Mémorandum théâtral sur Anna Politkovskaïa

De Stéfano Massini

Ed. L’Arche Editeur

Cie à l’Ombre du Sycomore

Dimanche 27 octobre 16h

Pour beaucoup, Anna Politkovskaïa a commencé à exister le jour où les journaux ont annoncé son assassinat dans l’ascenseur de son immeuble, le 8 octobre 2006. Les médias ont alors fait de cette femme “non rééducable” (du titre que lui avait donné l’Etat-major Russe, autrement dit “indésirable”) une icône de la lutte pour la vérité, la résistance au pouvoir et l’opposition à la violence. Et pour cause ! Elle fut l’unique journaliste à couvrir la guerre opposant la Russie et la Tchétchénie et tint même un rôle de négociatrice lors des prises d’otages de Dubrovka et de Beslan. Ce courage inouï, qu’elle paya de sa vie après avoir reçu plusieurs menaces de mort, méritait bien un mémorandum théâtral ! Face à une dramaturgie directe et crue, loin de toute tentative de spectacle politiquement correct, Isabelle Claveaud, actrice “non rééducable” marche sur les pas d’Anna Politkovskaïa. Dans une mise en scène épurée, entre obscurité et pleine lumière, elle emmène fiévreusement le public aux frontières de l’horreur et le laisse finalement méditer, abasourdi et sans voix. Bord de scène avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation. Rencontre avec le grand reporter Roméo Langlois, sous réserve de disponibilité (date à préciser).

Traduction : Pietro Pizzuti

Mise en scène : Filippo De Dominicis

Avec : Isabelle Claveaud

  • Théâtre contemporain
  • 16h au Théâtre Municipal
  • Durée: 1h10
  • Tarif B

Le Malentendu d’Albert CAMUS

Production du Festival de Théâtre de Figeac - Création à Figeac, juillet 2013

Jeudi 14 novembre 20h45

À l’occasion du centenaire de la naissance d’Albert Camus, nous lui rendons hommage en présentant une de ses pièces, Le Malentendu, écrit en 1944. Le propos ? Jan, jeune homme à qui la vie a réussi, décide de renouer le lien avec sa famille qu'il a quittée des années auparavant. C'est ainsi qu'il retourne, accompagné de son épouse Maria, dans son village natal et plus précisément dans l'auberge tenue par sa mère et sa soeur. Ne sachant pas comment dévoiler son identité aux deux femmes, il attend le moment propice à sa déclaration. Or, sa mère et sa soeur Martha, tuent, pendant leur sommeil, les voyageurs qui séjournent auprès d'elles afin d'obtenir les moyens pour fuir cette région grise et trouver des terres plus ensoleillées…

Ce drame familial issu d’un fait divers (dont on retrouve le thème dans le film L’Auberge rouge de Claude Autant-Lara) aborde le problème de l’incommunicabilité. L’auteur y montre l’importance de la transparence et de la sincérité, alors que la société est marquée par le malentendu des après-guerres, le malentendu d’un siècle qui s’interroge sur le sens de l’existence après les deux conflits mondiaux. Olivier Desbordes souhaite aujourd’hui faire résonner les silences de ce texte car, dit-il, l’absence de parole, la peur de l’autre et la méfiance conduisent au drame. Face aux non-dits, il défend un théâtre porteur d’espoir, qui fait la part belle à la parole et aux rencontres.

Bord de scène avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation.

Avec : Francine Bergé, Farida Rahouadj, Pauline Moulène, Eric Perez, Manuel Peskine

Mise en scène : Olivier Desbordes

Assistante à la mise en scène : Sandrine Montcoudiol

Costumes : Jean Michel Angays

Propositions et recherches musicales : Manuel Peskine

Lumières : Patrice Gouron

  • Au Théâtre Municipal durée : 1h30
  • Tarif B

Le trésor de Jacob de Lucie Papineau

Editions Dominique et Cie

Théâtre du Chamboulé

Samedi 30.novembre 16h

Mamie Li, sa grand-mère adorée, est partie vivre au loin dans une immense maison où des infirmières pourront s’occuper de ses jambes “en spaghetti”. Heureusement Mamie Li a confié à Jacob ses trésors : le clown à grande bouche, Bella la ballerine, le petit cheval doux, les jouets de son enfance qui ont traversé le temps. Avec eux, Jacob vivra une mystérieuse aventure, une grande quête qui lui fera découvrir un trésor encore plus précieux.

Le trésor de Jacob traite avec douceur, humour et poésie de la séparation, de la transmission et de l’imaginaire.

La scénographie et la mise en scène permettent de passer du monde réel au monde imaginaire, grâce à des projections de tableaux et de vidéo, à des scènes de marionnettes et de jeu théâtral. On passe de la maison de Mamie Li au mystérieux cirque du parc Belmondo. Les jouets prennent vie et aident Jacob à traverser les épreuves…

Des séances scolaires seront proposées aux élèves des écoles maternelles et CP le jeudi 28 à 14h30 et le vendredi 29 à 10h30 et 14h30.

Adaptation et mise en scène : Martien Dargent

Avec : Frédérique Camaret et Sébastien Bourdet

Scénographie et costumes : Noémie Le Tilly

Lumière : Célia Tournay

Décors : Tomas Cubero

Peinture : Nathalie Erlich

Vidéo : Mathieu Fermigier

Réalisation bande sonore : Joël Abriac

Photographie : Baptiste Hamousin

  • Spectacle jeune public à partir de 3 ans
  • Au Théâtre Municipal
  • Durée: 40'
  • Tarif jeune public

Mais n'te promène donc pas toute nue ! de Georges Feydeau

Théâtre de l’Instant volé

En partenariat avec la Banque Populaire Occitane

Dimanche 15 décembre 17h

Mais n'te promène donc pas toute nue ! est sans doute une des farces les plus explosives de Feydeau. Le maître du vaudeville y expose avec beaucoup de piquant la joyeuse déconfiture du mariage. Et c’est un pur bonheur !

Alors que certains hommes rêveraient de la mettre à nu, Ventroux, député à l'avenir prometteur, n'a de cesse de vouloir rhabiller sa femme. Clarisse la délicieuse épouse du ministrable a la fâcheuse habitude de se promener en tenue légère, malgré les reproches de son mari qui frôle la crise cardiaque à chaque apparition impudique. Un jour, une guêpe s'en mêle et c'est une cascade de quiproquos et de rebondissements qui en découle.

Un texte plein de drôlerie et d’une étonnante actualité, une mise en scène ingénieuse, un jeu d'acteur irrésistible et tout en finesse… Cette pièce est un vrai régal, à consommer sans modération !

La Banque Populaire Occitane a le plaisir de vous convier à l’issue de la représentation à un pot de l’amitié en compagnie de l’équipe artistique.

Mise en scène : Virgil Tanase et David Legras

Interprété par : Magali Bros (Clarisse Ventroux) David Legras (Julien Ventroux) Denis Barré (Romain de Jaival) et Victor Alain Granier (M. Hochepaix)

  • Au Théâtre Municipal
  • Durée: 1h20
  • Tarif B

Tartuffe de Molière

Cie Les Vagabonds

Mardi 21 janvier 20h45

Tartuffe traverse toutes les époques en donnant l’illusion d’un spectacle hors du temps. 400 ans et pas une ride ! Et pourtant, le Tartuffe des Vagabonds prend de nouveaux airs. Sous la direction de Francis Azéma, la troupe imagine ce que fut la version originale de la pièce, celle-là même qui fut entièrement censurée lors de sa première représentation, et dont le texte a disparu. C’est donc amputée de son cinquième acte (l’ajout d’une fin plus morale a permis à Molière d’obtenir l’autorisation royale de jouer la pièce) que l’on redécouvre cette farce cruelle.

Mais ce n’est pas là toute l’originalité de cette adaptation ! La compagnie revisite brillamment le mythe de l’Imposteur à la sauce du “Noir Lumière” : sobriété des costumes et de la scénographie, distribution minimum pour réinventer sans cesse l’interprétation… autant d’éléments qui mettent en avant la beauté des mots, leur intemporalité, et l’éloquence du geste. L’interprétation des trois comédiens et leur jeu de foulards attire tous les superlatifs : tout est d’une justesse absolue et de haute tenue ! Un Tartuffe plus séduisant que jamais auquel personne ne résistera !

Une séance scolaire à destination des 3e et des lycéens sera proposée à 14h30. Bord de scène avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation.

Direction artistique : Francis Azéma

Avec : Corinne Mariotto, Guillaume Destern et Francis Azéma

PASS Théâtre classique, proposé en partenariat avec le Centre Culturel Aveyron Ségala Viaur de Rieupeyroux. Vous aimez les auteurs classiques, achetez un billet groupé pour découvrir Roméo et Juliette en chantier présenté le vendredi 18 octobre 2013 à Rieupeyroux par la Cie Dell’Improvviso et Tartuffe, présenté le mardi 21 janvier 2014 par la Cie Les Vagabonds au théâtre municipal de Villefranche : 22€ plein tarif soit 11€ par spectacle. 15€ au tarif réduit soit 7.50€ par spectacle.

  • Comédie classique
  • Au Théâtre Municipal
  • Durée: 1h30
  • Tarif B ou Tarif PASS
  • Théâtre Classique

George Kaplan de Frédéric sonntag

Cie Asanisimasa

Mardi 04 février 20h45

Cette pièce est née de la fascination qu’a exercée le film d’Hitchcock La mort aux trousses et son personnage Georges Kaplan sur l’auteur et metteur en scène : Frédéric Sonntag. On apprendra, dans ce film, que ce personnage n’existe pas : c’est donc un non-personnage !

Et pourtant, dans ce spectacle, c’est ce leurre qui est présent dans chacune des trois séquences qui le constituent ! Il en est même la raison d’être… le lien… Car la grande originalité de cette pièce réside dans sa construction non-linéaire. À travers trois situations très différentes, elle va mettre en lumière la place de la fiction dans nos vies, place de plus en plus importante dans n’importe quel domaine que ce soit : culturel, économique mais aussi politique !

La “mise en spectacle” est, de nos jours, permanente ; il est donc bien nécessaire de se poser la question des rapports de la fiction et de la politique. La vidéo va servir le texte et le jeu des comédiens notamment pour le traitement de l’espace puisque nous allons assister à trois “histoires” et, tout comme les cinq personnages, nous allons attendre… George Kaplan : “Qu’est-ce qu’on fait ? On intervient ? – Non, on attend de voir. On attend de voir ce que va faire Georges Kaplan”.

Bord de scène avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation.

Texte et mise en scène : Frédéric Sonntag

Avec : Lisa Sans, Fleur Sulmont, Alexandre Cardin, Antoine Gouy, Jérémie Sonntag

Création vidéo : Thomas Rathier

Création musicale : Paul Levis

Création et régie lumière : Manuel Desfeux

Scénographie : Marc Lainé

Costumes : Luce Noyer

Régie son et régie générale : Bertrand Faure

  • Théâtre contemporain Coproduction ATP Création 2013 / 2014
  • 20h45 au Théâtre Municipal
  • Tarif B

La Nuit électrique de Mike Kenny

Petit Bois Cie

Vendredi 28 février 10h30 et 14h30

Lorsque leur mère part le soir travailler au café, Marie raconte des histoires à son petit frère François pour l’aider à s’endormir. C’est un moment propice à l’explosion des peurs et des fantasmes.

Elle invente une fête foraine où des enfants sont enlevés par une ogresse qui se charge ensuite de les cuisiner. Son personnage nous entraîne dans une histoire double, celle qui se dit, et celle qui se vit. François et sa soeur se prendront au jeu de cette histoire, et seront alors convaincus que l’Ogresse et leur mère ne font qu’une et qu’ils seront donnés à manger aux clowns…

Cette pièce traite avec humour et profondeur, des rapports de l’enfant avec la zone obscure, rapports à la fois effrayés, fascinés, mais ludiques aussi. Sans doute serait-il question dans cette histoire d’affronter ses peurs, et peut-être d’en sortir grandi ?

 Des séances scolaires seront proposées aux élèves des  écoles primaires et collèges le vendredi 28 février à 10h30 et 14h30 ainsi que des ateliers de théâtre dirigés par Jean- Jacques Mateu.

Traduction : Séverine Magois

Mise en scène : Jean-Jacques Mateu

Avec : Bilbo, Benjamin Meneghini, Emilie Vaudou

Scénographie : Pierre Heydorff

Lumière : Mathilde Montrignac

Costumes : Sabine Taran

Son : Bernard Lévéjac

Musique : Philippe Gelda

Régie : Mathilde Montrignac, Cécile Lorraine, Antoine Le Jouan

Spectacle jeune public

à partir de 6 ans

proposé uniquement en

séances scolaires

10h30 et 14h30

  • Au Théâtre Municipal
  • Durée: 1h
  • Tarif Jeune public

Louise Michel Écrits et cris

De et par Marie Ruggeri et Christian Belhomme

En partenariat avec la Ligue des Droits de l'Homme

Vendredi 21 mars 20h45

Semi-obscurité, plateau presque nu : un tableau noir, une table, une chaise et sur cette chaise : Louise Michel (cette grande figure révolutionnaire et féministe qui fut surnommée la Vierge Rouge de la Commune de 1870) écrit ses Mémoires. Et, peu à peu, nous traversons la vie de cette femme libre : les feuillets s’amoncellent autour d’elle alors que quelques touches colorées, surtout rouges, apparaissent dans ce sombre décor. La comédienne : Marie Ruggeri, prête sa voix et son corps à cette femme remarquable qui a toujours œuvré pour la justice et la liberté malgré les emprisonnements et la déportation en Nouvelle Calédonie (où elle apprendra à lire aux Canaques !) dans une soif inextinguible de savoir mais qui a aussi aimé passionnément… et “si elle a cru à la Commune… c’était pour offrir un monde meilleur aux hommes, aux femmes, aux enfants” (Pariscope du 21 au 27- 03- 2012).

Le musicien, Christian Belhomme, accompagne ce parcours de chansons d’époque, de compositions musicales et joue aussi le crieur de journaux afin de nous donner les repères historiques nécessaires. Ainsi, si les cris de Louise Michel résonnent encore aujourd’hui, c’est grâce à des spectacles tels que celui-ci.

Une séance scolaire en direction des 3e et des lycéens sera proposée à 14h30. Bord de scène avec l’équipe artistique et la Ligue des Droits de l’Homme.

Interprétation : Marie Ruggeri et Christian Belhomme

Adaptation et mise en scène : Marie Ruggeri

Création musicale : Christian Belhomme

Création lumières : Marie-Hélène Pinon

assistée par Lucie Joliot

Scénographie : Samuel Raimondi

  • Spectacle théâtral et musical
  • Au Théâtre Municipal
  • Durée: 1h05
  • Tarif B

Spécimen d'Anne-Marie COLLIN

Cie Le petit théâtre

Jeudi 3 avril 14h30

Une fonctionnaire zélée (interprétée par Anne- Marie Colin) doit faire une conférence sur le délicat problème de l'immigration. Elle va se trouver confrontée concrètement à ce sujet par l'arrivée d’une malle… À l’intérieur, un jeune sans-papiers (Olivier Ho Hio Hen) apeuré. Pourquoi et comment cet adolescent est-il arrivé dans ce pays ? Quelles épreuves a-t-il rencontrées ?

Un troisième personnage (sous les traits de Jonathan Pinto-Rochas), Super Héros, va faire le lien entre ces deux univers très contrastés. Il traduira les désirs, les incompréhensions et les peurs de cet adolescent pour que tous puissent tisser un dialogue fait de langage courant, de langue de bois administrative et de langues étrangères.

Une fonctionnaire déstabilisée qui hésite entre ce que lui impose sa fonction et ses sentiments personnels, un adolescent seul au monde qui ne comprend pas ce qu’on lui demande, un ami imaginaire burlesque et poétique qui aide à trouver le chemin… Ces trois personnages nous donnent en réalité à voir et à penser les rêves, les espoirs et les fantasmes que notre société occidentale engendre. Ses réalités et ses contradictions aussi…

Une séance scolaire sera proposée aux collégiens à 10h30.

Mise en scène : André Loncin

Avec : Anne Marie Collin, Olivier Ho Hio Hen, Johathan Pinto-Rocha

Musique : Claude Clin

Scénographie et costumes : Emmanuelle Sage

assistée d’Inge Zorn

Lumières : Rodolphe Hazo

Maquillage : Maud Baron

  • Places limitées.
  • Théâtre contemporain
  • Au Théâtre Municipal
  • Durée: 1h15
  • Tarif B

Et pendant ce temps Simone veille !

De et par : Trinidad, Vanina Sicurani, Hélène Serres, Bonbon et Corinne Berron

Créé dans le cadre de la Journée des Droits de la Femme 2012 // Production le Pompon // Tournée Alegria

Samedi 12 avril 20h45

Quatre comédiennes se sont réunies pour nous raconter à leur façon l'évolution de la condition féminine en France des années 50 à nos jours.

Marcelle, France et Jeanne avaient 20 ans en 1940. En 1950, elles sont mariées et mères de famille. Elles sont les premières de trois lignées de femmes. Elles vont nous parler avec humour de : leur vie, l'arrivée du lave-linge, le robot ménager, la pilule, le droit de vote, le travail, les loisirs, les hommes etc… Simone veille et appuie leurs dires par des textes et des parodies de chansons.

Ces 4 comédiennes sont aussi auteures, musiciennes, chanteuses, et ont participé chacune de leur côté à de nombreux spectacles souvent humoristiques ; notamment Trinidad que nous avons déjà accueillie avec le spectacle La conversion de la cigogne. De scènes de la vie quotidienne en parodies de chansons décalées, une autre façon de parler des femmes !

Bord de scène avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation.

Comédiennes : Trinidad, Vanina Sicurani, Hélène Serres, Bonbon

Collaboration artistique : Corinne Berron

  • Théâtre contemporain / humour
  • Au Théâtre Municipal
  • Durée : 1h15
  • Tarif A

À l’ombre de Coré

Cie Bakhus

Vendredi 25 mars 20h45

Coré, personnage mythologique, est tour à tour déesse des Enfers et associée au retour de la végétation lors du printemps. Kidnappée par Hadès qui désire en faire sa femme, cette fille de Déméter, déesse de l’agriculture et des moissons, verra finalement son destin tranché par Zeus : elle vivra six mois (automne et hiver) avec son mari dans le royaume des morts, et les six mois suivants (printemps et été) sur terre pour aider sa mère.

Entre ombre et lumière, monde divin et réalité de la vie terrestre, le spectateur est attiré tout comme Coré, par deux visions qui semblent s’opposer pour finalement se mélanger et ne faire qu’une. Cette confusion entre réel et virtuel est accentuée par la mise en scène qui utilise un vidéoprojecteur, permettant de jouer avec ombres et points de lumière. Les danseurs et leurs silhouettes ombrées se meuvent dans le mimétisme le plus total, pour finalement se séparer et former deux identités distinctes…

Cette pièce chorégraphique qui explore l’univers du champ visuel et de la perception est née de la rencontre des deux danseurs Mickaël Six et Sami Loviat-Tapie. Elle s’inscrit dans la continuité du travail de la compagnie Bakhus, qui s’appuie sur différentes techniques de danse (hip hop, jazz, contemporain), le recours au support numérique soulignant la performance des corps.

Une séance scolaire sera proposée à 14h30. Dans le cadre d’un projet “danse”, des ateliers de pratique seront proposés aux scolaires et structures périscolaires. Un stage pour danseurs amateurs sera organisé dans le studio de Magali Gravier. Chorégraphe et metteur en scène : Six Mickaël

Avec : Six Mickaël et Sami Loviat-Tapie

Régisseur lumière : Christophe Bourdeau

  • Danse contemporaine / Hip-Hop
  • Au Théâtre Municipal
  • Durée : 45'
  • Tarif B

Dis à ma fille que je pars en voyage

De Denise Chalem

Théâtre Indigo

Jeudi 22 mai 20h45

Texte ayant obtenu deux Molière en 2005

Ce n’est pas sans raisons que ce spectacle a obtenu deux “Molière”… La première est due à l’auteur : Denise Chalem qui a voulu témoigner de l’univers carcéral féminin, encore de nos jours, très secret. La seconde, est la conséquence d’une très belle interprétation et la troisième enfin tient à la mise en scène efficace et à la scénographie qui met en évidence ces lieux clos que sont la cellule et la prison. Lieux clos dans lesquels vont se côtoyer deux femmes très différentes socialement et culturellement. De plus, l’une est là depuis sept ans alors que l’autre vient d’arriver… Malgré leurs différences, une amitié profonde va les lier et leur permettre de survivre dans cet univers pervers qui cherche constamment à les humilier et qui est représenté par une surveillante à la présence accablante. Si le sujet est grave, ne croyez pas qu’on soit constamment dans le registre de la tragédie, l’humour est souvent présent et allège ce huis-clos. Peu à peu, nous connaîtrons leur vie passée et nous comprendrons qu’on ne peut pas accuser sans savoir… La Cie Indigo théâtre réside en Alsace et dans “Les Dernières Nouvelles d’Alsace” on pouvait lire : “Dis à ma fille… a impressionné et bouleversé le public nombreux… on découvre deux femmes… et on est ébloui par la qualité de l’interprétation et la finesse de la mise en scène”. Que peut-on ajouter ?

Bord de scène proposé avec l’équipe artistique, la Ligue des Droits de l’Homme et un représentant du monde carcéral (sous réserve de disponibilité).

Interprètes : Nadine Zadi, Clarisse Hagenmuller, Béatriz Beaucaire

Mise en scène : Josiane Fritz Pantel

Création sonore : Vincent Aubertin

Régie lumière et son : Sébastien Lorenz

  • Théâtre contemporain
  • Au Théâtre Municipal
  • Durée : 1h30
  • Tarif B

Mentions obligatoires

Le Test Théâtre des Anneaux. L'Arche Editeur, Lukas Bärfuss, Traducteur Johannes Honigmann. Création les 17 et 18 mai 2011 à la MJC de Rodez. Coréalisation : MJC de Rodez /Théâtre des Anneaux Partenariat : Ville de Rodez/ Communauté d’Agglomération du Grand Rodez/ Département de l’Aveyron/ Radio Temps Rodez. Merci à Bruno Houlès, Corinne Maviel, Patrice Curt, Laurence, Andréas, Loïse et tous ceux que nous aimons. | Traîne pas trop sous la pluie, Richard Bohringer - Production : " La Lune dans les pieds ". Photographe " M. Bruce Pierson " (photos libres de droits) | Femme non rééducable, Cie A l’Ombre du Sycomore. Créé en novembre 2010 à Baraqueville. L’Arche est agent théâtral du texte représenté. Conseil Général de l 'Aveyron, Mission Départementale de la Culture Aveyron, Mairie de Baraqueville, Centre Européen de Conques, Association Errances | Le Malentendu, Production Festival de Figeac 2013. Création entre le 20/07 et le 2/08 2013 à Figeac. Avec le soutien de la DRAC Midi-Pyrénées, du Conseil régional de Midi-Pyrénées et la Ville de Figeac. Remerciements à Catherine Camus pour sa confiance et sa collaboration amicale. | Le Trésor de Jacob, Théâtre du Chamboulé. ©Baptiste. N° de licence d’entrepreneur de spectacles : 2-1062564 | Mais n’te promène donc pas toute nue, Théâtre de l’instant volé. | Tartuffe, Cie Les Vagabonds. Théâtre du pavé ; Avec le soutien de la Mairie de Toulouse et du Conseil Général de la Haute Garonne. ©JM Fallas | George Kaplan, Cie Asanisimasa. Production Cie AsaNIsiMAsa. en coproduction avec Le Groupe des 20 Théâtres en Ile de France, FATP Fédération d'Associations de Théâtre Populaire, le Forum - scène conventionnée du Blanc-Mesnil, La Ferme du Buisson - scène nationale de Marne-La-Vallée, Scène nationale 61 Alençon - Flers - Mortagne-au-Perche. Avec l'aide à la création du CNT et l'aide à la production de la DRAC Ile de France. George Kaplan est édité aux Editions Théâtrales (nov 2012) George Kaplan a bénéficié d'une bourse d'écriture du Centre National du Livre. Création en novembre 2013 à la Scène nationale 61 Alençon - Flers - Mortagne-au-Perche | La nuit électrique, Petit Bois Cie. ©Patrick Moll Production Petit Bois Cie. Avec le soutien de la ville de Toulouse et de la Région Midi-Pyrénées | Louise Michel, Cie Marie Ruggeri. ©Florence Grimmeisen. Spectacle théâtral et musical d'une durée de 1h05. Production : Compagnie Marie Ruggeri / Pourquoi pas!/Théâtre de Langres avec la participation de l’Association Louise-Michel et un soutien spécifique de la DRAC Champagne-Ardenne. | Spécimen, Cie Le Petit Théâtre. ©Fred TOULET. Coproduction le petit théâtre – Ville de Pontault-Combault. Coréalisation Théâtre Dunois/Paris. Avec l’aide du Centre culturel Le Moustier de Thorigny-sur-Marne Et du Théâtre des Passerelles de Pontault-Combault. Remerciements à la Ville de La Queue-en-Brie. Le petit théâtre est conventionné par le ministère de la Culture / DRAC Île-de-France, et subventionné par le Conseil général de Seine-et-Marne. | Et pendant ce temps, Simone veille, Productions Le Pompon et Alegria. Une pièce de Corinne Berron, Bonbon, Hélène Serres, Vanina Sicurani, Trinidad interprétée par Bonbon, Hélène Serres, Vanina Sicurani, Trinidad avec la collaboration artistique de Corinne Berron. Création dans le cadre du Festival Feminarte à Antibes en 2012. photo©SNES ALEGRIA photo et © Annadré | À l’Ombre de Coré, Cie Bakhus. © Cie Bakhus | Dis à ma fille que je pars en voyage, Théâtre Indigo. Avec le soutien de la REGION ALSACE, le Conseil Général 68, co-produit par l'Espace Culturel du RIED BRUN Muntzenheim (68).

Informations pratiques

Informations de contact: 

Espaces Culturels Villefranchois / ATP
Salle de Nevers - Place de la Liberté
BP 40124
12200 Villefranche de Rouergue
05 65 45 76 74

Vous aimez ? Dites-le !

Conseils des lecteurs: 
Aucun vote pour le moment

Ajouter un commentaire

Aujourd'hui en Aveyron
Animations concerts
Je vous propose des animations & des concerts "sur mesure", chez vous ou dans un lieu public (salle des fêtes, etc...).
Le Bourg, Saint-Paul des Fonts (Saint-Jean Saint-Paul)